Pour expliquer le lipoedème, une des hypothèses de recherche travaille sur une anomalie du collagène présent dans le tissu conjonctif touché par la maladie.

La question qu’on peut légitimement se poser est faut-il se supplémenter en collagène ?

Zoom sur le collagène

structure du collagène

Le collagène est une protéine qui assure la résistance, l'élasticité et la régénération de ces tissus. Il contribue à la structure de notre organisme. Plus souple qu’élastique, le collagène est comme une sorte de corde fibreuse, constituée de 3 brins (triple hélice) de différents acides aminés reliés entre eux de manière à former une véritable structure fibreuse pour soutenir les tissus. Avec l'âge, notre corps produit moins de collagène. En clair, le vieillissement engendre une réduction l'intégrité structurelle de notre peau, ce qui se traduit par la formation de rides et l'affaiblissement du cartilage des articulations.

Il n’existe pas un seul collagène mais plusieurs dizaines de types en fonction des organes dans lesquels on le retrouve. Il est toujours à l’extérieur des cellules dans les os, les dents, les tendons, les ligaments, la cornée, la peau, les vaisseaux sanguins, le tissu conjonctif. Il est partout ! Le collagène est la protéine la plus présente en termes de quantité dans le corps humain.

Dans la peau par exemple, le collagène de type I, donne de la structure, de la résistance et de la fermeté, argument de vente du collagène en tant que produit anti-âge. Des compléments et les crèmes à base de collagène fleurissent sur le marché.

Les compléments alimentaires à base de collagène

Le collagène est en général obtenu à partir de carcasses osseuses d’animaux. Il peut s’agir de collagène bovin, issu d’animaux d’élevage, ou de collagène marin, qui provient de poissons très gras. (Écailles, d'os, de peau et d'autres parties de l'anatomie animale).

Les suppléments à base de collagène dit hydrolysés ont été digérés, transformés en petits peptides pour réduire la taille de la protéine de collagène de manière qu’elle passe la barrière intestinale et se retrouve dans le sang, c’est ce qu’on appelle la biodisponibilité ou capacité à se retrouver dans le sang.

dégradation du collagène

Mais réellement, qu’est-ce que nos cellules intestinales laissent passer dans le sang ?

Ce ne sont ni le collagène, ni les peptides, mais seulement les acides aminés. Les mille acides aminés qui composent une seule molécule de collagène doivent être décomposés en mille acides aminés distincts et individuels. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'ils peuvent passer individuellement dans votre circulation sanguine, pour finalement arriver à votre peau et y être recombinés au cours d'une demi-douzaine d'étapes complexes pour de nouveau se transformer en collagène.

Autrement dit quel que soit le collagène en complément que vous allez avaler, même hydrolysé, il sera encore dégradé, découpé en acides aminés pour pouvoir être réassemblé dans vos tissus à travers un processus complexe utilisant des acides aminés, des enzymes, des micronutriments comme la vitamine C.

L’organisme va détruire le collagène que vous absorbez sous forme de poudre, de liquide ou de gélules pour ensuite reconstruire du collagène partout dans votre corps. Donc le collagène de type I vendu comme complément alimentaire anti-âge pour la peau, se retrouvera peut être aussi dans vos os. Il n’y a pas de mémoire du type de collagène qu’il y avait à l’origine dans vos gélules ou votre poudre de collagène. C’est votre organisme le grand chef d’orchestre.

Et le lipoedème ?

Le lipoedème est une maladie du tissu conjonctif et une des pistes de recherche serait que le collagène présent dans ce tissu serait anormal. Il pourrait sembler logique de se complémenter en collagène pour pallier ce problème et pourtant il probable que le réassemblage du collagène dans vos tissus malades sera reproduit avec la même anomalie. L’intérêt de se supplémenter en collagène pour améliorer le lipoedème, pour le moment me semble inutile. Tout comme, à ma connaissance, on ne donne pas de collagène aux personnes atteintes de syndrome d’Ehlers Danlos, maladie du collagène.

Si vous décidez de vous complémenter attention à la qualité de votre fournisseur ! De nombreux produits à base de collagène contiennent des ingrédients bon marché et de mauvaise qualité qui présentent souvent des traces de contaminants - notamment des métaux lourds, des herbicides, des pesticides, des PCBS, etc. Les polluants sont sources d'inflammation et l'inflammation déjà présente dans les tissus touchés par le lipoedème. Tous les traitements du lipoedème visent à faire baisser cette inflammation !

Une solution naturelle « maison » au top pour enrichir votre alimentation en collagène, le bouillon d’os.

Le bouillon d’os est un liquide riche en collagène, obtenu après avoir fait mijoter pendant plusieurs heures les os, les articulations, le tissu conjonctif et les morceaux gélatineux d'animaux. Cette préparation apporte à l'organisme un ensemble de nutriments :

  • Collagène et gélatine (qui est une forme de dégradation du collagène)
  • Glutamine, proline, glycine
  • Glucosamine et chondroïtine
  • Vitamines du groupe B et micronutriments comme le calcium, le soufre, le phosphore, le magnésium, le silicium

Tous ces nutriments ont une biodisponibilité importante. En effet, ils sont hautement assimilables et digestes.

Le bouillon d'os est excellent pour soigner les intestins. Il répare la muqueuse intestinale. Il a une action anti-inflammatoire, il stimule la fonction gastrique et régule les sucs biliaires. Il va régénérer l'intestin.
Et vous le savez, une santé optimale passe par celle de nos intestins.

Un intestin sain contient des jonctions serrées de cellules épithéliales, une épaisse couche de mucus et de nombreuses bactéries diverses. En cas de déséquilibre (on parle de dysbiose) et d’amincissement de la couche de mucus, l’intégrité de la barrière épithéliale est menacée. En cas de porosité intestinale, des particules d’aliments non digérées ainsi que des toxines et des bactéries entrent dans le sang de manière anormale. Cela provoque une inflammation et des maladies comme le syndrome de l’intestin irritable, la maladie de Crohn et d’autres pathologies auto-immunes, …

Le bouillon d’os permet de régénérer le système digestif grâce à la présence de gélatine. Celle-ci absorbe l’eau et aide à maintenir l’épaisse couche de mucus qui permet de tenir les bactéries éloignées de la barrière intestinale. Le bouillon d’os est totalement indiqué en cas de porosité (ou perméabilité) intestinale. On parle aussi d’hyperperméabilité intestinal

L’arginine et la glycine sont des acides aminés contenus dans le bouillon d’os. Leurs propriétés anti-inflammatoires importantes sont intéressantes pour moduler l’inflammation des tissus du lipoedème. L’arginine est d’ailleurs intéressante en cas d’inflammation chronique pouvant engendrer notamment les maladies cardiovasculaires, le diabète, le syndrome métabolique, la maladie d’Alzheimer, certains cancers, etc.

Après absorption dans l'organisme, il va aussi aider à la détoxification hépatique, renforcer les os et les articulations, embellir les cheveux la peau et les ongles

Bref, vous l’aurez compris, le bouillon d’os est idéal pour toutes les personnes atteintes de troubles digestifs, de ballonnements, de troubles du transits d'état inflammatoire, d'arthrose, de maladies auto-immunes grâce à sa richesse nutritionnelle.


La recette :

Pour préparer du bouillon d’os, il vous faudra :

  • environ 2 kg d’os de bœuf, poulet, canard, dinde, agneau ou poisson
  • 2 c. à soupe de vinaigre de cidre
  • épices (sel, tamari, etc.)
  • légumes (oignons, ail, carottes, céleri, etc.)
  • herbes aromatiques (persil, laurier, thym, origan, etc.)

Encore une fois, il est impératif de privilégier des matières premières de qualité avec des os et des morceaux d'animaux issus de d'animaux élevés en élevage biologique avec un accès au pâturage sur un sol riche en micronutriments.

Placer tous les os dans une marmite, recouvrir d’eau, rajouter le vinaigre de cidre et laisser tremper une bonne heure.

Réchauffer l’eau jusqu’à ébullition, puis écumer la mousse qui peut se former à la surface pendant la cuisson, car celle-ci contient des impuretés qui peuvent nuire au goût du bouillon.

Rajouter ensuite les légumes et autres ingrédients et mijoter à feu doux

La durée de cuisson dépend des os, c’est le temps qu’il faut respecter pour que le collagène et les autres nutriments se libèrent des os :

  • Poulet (6 à 24 heures)
  • bœuf (12 à 50 heures)
  • Poisson (env. 4 heures)

Il est recommandé d’en boire un bol par jour ou de s’en servir pour élaborer vos plats.

L'alimentation, un traitement naturel du lipoedème

Rejoindre la conversation

2 commentaires

    1. Bonjour Kelly, oui effectivement c’est plus rapide à la cocotte minute, mais c’est dommage d’utiliser ce type de cuisson. Il vaut toujours mieux utiliser un mode de cuisson plus doux, un léger frémissement de l’eau de cuisson, même si c’est plus long. Vous pouvez en préparer le weekend et il se conservera toute la semaine au frigo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.